Proust et la sexualité

Référence: LIV016

27,00 €

Proust et la sexualité

Prescience et poésie du genre

Quantité

Proust et la sexualité

Prescience et poésie du genre

Auteur : Jean-Pierre Ollivier

 

Chaque ouvrage ainsi souscrit sera dédicacé par Jean-Pierre Ollivier si vous en faite explicitement la demande dans la rubrique commentaire lors de la commande.

La sexualité, telle que nous l’entendons aujourd’hui, est omniprésente dans l’imaginaire de Proust. Il n’est guère de personnage d’À la recherche du temps perdu qui ne fasse l’objet d’une mention sexuelle explicite ou allusive. Ainsi, autour de « cette broderie des souvenirs du corps d’Albertine » le narrateur écrit-il que les femmes nouvelles sont impuissantes à prodiguer les « choses importantes parce qu’elles permettent, semble-t-il, de rêver autour de l’acte sexuel lui-même ».

À la date d’À la recherche du temps perdu, il n’existe pas de sexualité « scientifique ». Toutefois, dans ce dernier livre, le Dr J.-P. Ollivier nous montre que les connaissances acquises depuis cette date : endocrinologie, grandes enquêtes sur les pratiques, neurophysiologie, et imagerie cérébrale des états amoureux, ne confèrent à l’œuvre aucune caducité.

L’auteur souligne également que si les découvertes les plus récentes des neurosciences sont enthousiasmantes par leur nouveauté, et propulsent au loin les vieilles lunes, elles n’épuisent pas le sujet de la sexualité qui s’étend jusqu’aux confins de la personne humaine et des sociétés.

Proust traduit une réalité de la société de son temps. Certaines des allégations sur ses propres pratiques sexuelles ont aujourd’hui vécu, mais non la recherche documentaire qu’il a conduite dans bien des milieux ni les modes de résistance de qui se sait minoritaire. Des traits de sa personnalité sensitive et vibrante nous ont été livrés à travers ses relations étendues de l’aristocratie à la « camaraderie ancillaire » : celle d’un homme porté par l’amour et le besoin d’amour, guère renouvelés depuis son enfance, dont l’œuvre conduit un combat implicite, anticipateur, de tolérance, sans faillir jamais à sa source poétique :

« Ce qui mêlait quelque plaisir à ma peine c’est que je la savais une petite partie de l’universel amour ».

LIV016

Références spécifiques

16 autres produits dans la même catégorie :